Labyala Fela Da Jawid Fel, dit "Nosfell" (on le remerciera d'avoir choisi un diminutif!) est un personnage qu'on pourrait qualifier de "semi-imaginaire". Il est là, devant vous, en chair et en os, mais il fait aussi partie des histoires qu'il raconte, et que ses chansons illustrent: des contes dont le décor est celui de Klokochazia, un monde à la fois féérique et terrifiant où il est question de rois, de monstres, d'arbres qui sourient. On se sent parfois proche, à Klokochazia, des univers de Tolkien et de Frank Herbert: il y a un coté mécanique, fantastique et attirant dans la mythologie de Nosfell, et la musique y est pour beaucoup. L'étendue vocale du garçon, qui passe d'une voix rauque à des sonorités très aigues avec une facilité déconcertante, et qui montre une maîtrise impressionnante de la "human beatbox" - ainsi que sa méthode, superposer des boucles de chant et de guitare (comme le fait Joseph Arthur, entre autres) donne à tout ça un coté fascinant. Ajoutez-y l'exhubérance, l'humour, et vous obtenez la recette. A peu de choses près.

A voir demain soir donc, vendredi 31 août, au festival Woodstower, à 21h00. Seront aussi de la partie Siméo (qui avait déjà ouvert pour Nosfell au Ninkasi Kao il y a quelques mois), les piètres Fatals Picards (...) que j'irai personnellement écouter depuis le bar, et les anglais d'Asian Dub Foundation que je prendrai sans doute du plaisir à revoir après quelques années. Le lendemain les concerts continuent... Voir le programme sur le site du festival (il ne présente pas de grand intérêt pour moi).

Live report du concert de Nosfell à venir ici-même - et si tout se passe comme prévu, réponses à quelques questions. Stay tuned!
 


Nosfell Jaun Sev Zul